Être là, tout simplement

Alors que chaque jour qui passe, nous nous plaignons, de notre collègue, de notre voisin, de notre salaire, de la météo, de la circulation, du menu,... nous ne voyons pas le temps défiler.


Mon père a planté cet arbre alors que je devais avoir une dizaine d'année.

Près de lui, j'ai joué, je me suis inventée des histoires, j'ai pleuré, j'ai fumé des cigarettes en cachette...

Plus tard, ce sont mes enfants qui ont fait ces mêmes choses.

Et cet arbre est toujours là, témoin des générations qui s'égayent ou qui pleurent auprès de lui.

Il ne dit rien.

Peut-être a t-il versé des larmes à sa façon, ou ri avec nous, je ne le saurai jamais.

Mais il est là, silencieux, saison après saison.

Aucun de mes états d'âme, de ceux de mes enfants ne l'ont empêché de grandir, il continue de donner de l'ombre en été, un beau décor en hiver, un refuge aux oiseaux au printemps.

Il est là, simplement, sans jamais se plaindre, tantôt à brûler au soleil, tantôt à frissonner dans le vent glacial.

Une belle leçon de vie...

30 vues

Posts récents

Voir tout

Dualité